Symposium scientifique

Le Symposium scientifique de l’AG 2020 se tiendra du 5 au 9 octobre 2020 au Palais des congrès (ICC) à Sydney et dans d’autres lieux de rencontre. C’est une occasion majeure de partage de recherches, d’informations, de formation et de renforcement des capacités pour les délégués, qui pourront présenter et assister à des communications, des séminaires, des ateliers, des visites de sites et autres sessions. Le rôle principal du Symposium scientifique est de proposer une plateforme d’envergure pour les échanges entre spécialistes, l’établissement de relations de mentorat et la présentation des meilleures pratiques. Tous auront l’opportunité de s’informer et d’apprendre, depuis les niveaux les plus élevés, grâce à la participation de conférenciers exceptionnels, jusqu’aux praticiens débutants, qui prendront contact pour la première fois avec des collègues du monde entier.

Dates clés

2 Octobre 2019

Appel en ligne aux propositions d’intervention

1 Janvier 2020

Date limite de remise des propositions

29 Avril 2020

Les auteurs des propositions retenues sont informés.

Mai 2020

Publication du programme préliminaire

Juillet 2020

Fermeture des inscriptions pour les auteurs*

*Les présentateurs et organisateurs de sessions DOIVENT obligatoirement s’inscrire à l’AG 2020 avant cette date pour confirmer leur présence. En l’absence d’inscription, leurs propositions seront retirées du programme du Symposium scientifique.

Vue d’ensemble sur le Symposium

Le thème central du Symposium est « Cultures partagées – Patrimoine partagé – Responsabilité partagée ». Ce thème reconnaît que la mondialisation, le transnationalisme, la connectivité numérique et le déplacement volontaire ou forcé des personnes ont contribué à la création (et à la disparition) de sites, pratiques et collections hybrides et pluralistes. En ce sens, les lieux, les pratiques, les objets et les collections (collectivement dénommés « objets patrimoniaux ») sont souvent associés à des groupes et à des communautés multiples et diversifiés pour lesquels ils ont de la valeur.

Cependant, l’idée de « partagé » est délibérément provocatrice. D’un point de vue historique, les cultures et les sociétés ont en commun des pratiques culturelles, des façons de faire et des idées partagées. Néanmoins, dans certains cas, ces caractéristiques ont été imposées aux populations qui y ont résisté et qu’elles n’ont pas été adoptées collectivement (croyances religieuses, par exemple). Dans d’autres cas, le savoir et les pratiques peuvent être farouchement gardés et ne sont donc pas partagés (dans de nombreuses cultures autochtones, par exemple). De plus, certains éléments du patrimoine ont été détruits ou dégradés pour ce qu’ils symbolisent (le Bouddha de Bamiyan, par exemple), à l’encontre de tout sens de partage ou de tolérance idéologique. Plus fréquemment dans le domaine du patrimoine, la nécessité de préserver un site peut faire l’objet de contestations (l’immeuble Sirius à Sydney, par exemple).

En adoptant le terme « partagé », le Symposium scientifique invite les participants à explorer l’idée de partage – et ses contrepoints, la contestation et la résistance – dans le contexte de la culture et du patrimoine. Nous vous invitons à réfléchir au système de pensée traditionnel sur ce sujet et à rechercher des perspectives et des idées nouvelles et variées qui encouragent la discussion et le dialogue. Les contributions peuvent prendre la forme d’études de cas qui illustrent des expériences ou des points de vue différents et de sujets universitaires qui appuient, révisent ou remettent en question les études contemporaines.

Au cœur de ce thème, on retrouve les relations entre les cultures ou les groupes culturels et la responsabilité collective qui leur incombe à l’égard des soins et de la préservation des grands attributs, des significations et des valeurs des objets patrimoniaux. Ainsi, la notion de « partage » dans un contexte patrimonial peut indiquer que les objets patrimoniaux peuvent être valorisés différemment par des communautés et groupes culturels différents. Ces groupes ont-ils toujours l’obligation de respecter la diversité et les droits culturels ? Sont-ils obligés de collaborer et de travailler de façon concertée pour protéger, préserver et sauvegarder durablement les objets patrimoniaux ?

Thèmes du Symposium scientifique

L’AG 2020 comportera six THÈMES :

  • CULTURES PARTAGÉES : communautés – collaboration, consultation, contestation
  • PATRIMOINE PARTAGÉ : multiplicité des attributs, des valeurs, des acteurs
  • RESPONSABILITÉ PARTAGÉE : protéger les sites, les pratiques et les collections
  • PATRIMOINE AUTOCHTONE : partage, échange et secrets
  • THÉMATIQUE CULTURE-NATURE : savoir s’accorder
  • PATRIMOINES MARGINAUX: partagés ou écartés ?

Chacun des six thèmes consistera en un programme sur un jour et demi en séances d’une à deux heures (y compris des séances parallèles dans chaque thème). Elles seront conçues pour être dynamiques et présentées sous différents formats.

Les thèmes donneront l’occasion de découvrir et de toucher à différentes notions et pratiques qui se recoupent en matière de conservation du patrimoine.

Terminologie

Thème. Sujet principal. L’AG 2020 comporte six thèmes.

Session. Période (en général d’une à deux heures) consacrée à un sujet secondaire au sein d’un thème. Les thèmes peuvent comprendre des sessions parallèles.

Format. Modalités ou organisation d’une session. Il peut s’agir de présentations, de discussions éclair, de petchakutchie (projection d’une vingtaine de diapos pendant 20 secondes chacune), de débats en panel, de tables rondes (ou « dialogues »), de courtes visites de sites (« walk and talk » ou marches commentées), de débats, de représentations, de films, d’affiches ou de tout autre format que les délégués proposeront.

Patrimoine. Terme collectif désignant les sites (édifices historiques, villes et paysages), les pratiques, les objets et les collections patrimoniaux.

Le Comité scientifique de l’AG 2020

Co-présidents
Steve Brown (ICOMOS Australie ; co-président australien)
Ona Vileikis Tamayo (ICOMOS Belgique ; co-présidente internationale)

Membres nommés
Tracy Ireland (ICOMOS Australie ; université de Canberra ; éditrice, Historic Environment)
Anita Smith (ICOMOS Australie ; université de La Trobe)
Caitlin Allen (ICOMOS Australie ; université de Sydney)
Tanya Koeneman ((ICOMOS Australie ; représentante autochtone)
Mikel Landa (ICOMOS Espagne ; président, Conseil consultatif de l’ICOMOS)
Nupur Prothi (ICOMOS Inde ; co-présidente du Symposium scientifique – Delhi, 2017)
Nargiz Aituganova (ICOMOS Russie ; rep. des jeunes professionnels de l’ICOMOS)
Ève Wertheimer (ICOMOS Canada, représentante francophone)
Teresa Patricio (ICOMOS Belgique, représentante francophone)
Kristen Walker (représentante de l’IUCN)

Le Sous-comité scientifique de l’AG 2020

Co-présidents
Steve Brown (ICOMOS Australie ; co-président australien)
Ona Vileikis Tamayo (ICOMOS Belgique ; co-présidente internationale)

Membres nommés
Cristina Garduno Freeman (ICOMOS Australie ; co-présidente de Cultures partagées)
Marco Antonio Chavez-Aguayo (ICOMOS Mexique ; co-président de Cultures partagées)
Agnieshka Kiera (ICOMOS Australie ; co-présidente de Patrimoine partagé)
Kai Weise (ICOMOS Népal ; co-président de Patrimoine partagé)
MacLaren North (ICOMOS Australie ; co-président de Responsabilité partagée)
Susan Macdonald (Getty Conservation Institute ; co-présidente de Responsabilité partagée)
Chris Wilson (Ngarrindjeri/Kaurna, Nunga; ICOMOS Australie; co-président de Patrimoine autochtone)
Diane Menzies (Ngāti Kahungunu, Māori; ICOMOS Nouvelle Zélande ; co-présidente de Patrimoine autochtone)
Susan McIntyre Tamwoy (ICOMOS Australie ; co-présidente de Thématique culture-nature)
Tim Badman (IUCN ; co-président de Thématique culture-nature)
James Lesh (ICOMOS Australie ; co-président de Patrimoines marginaux)
Tokie Laotan-Brown (ICOMOS Nigeria; co-présidente de Patrimoines marginaux)
Sarah May (ICOMOS Royaume-Uni ; co-présidente de Patrimoines marginaux)