Comité du Symposium scientifique

Comité scientifique GA2020

Dr Steve Brown - Co-président du Symposium scientifique de l’AG 2020

Steve Brown travaille à l’Université de Sydney sur le cursus relatif au patrimoine et à la muséologie et enseigne à l’Université de Canberra. Ses centres d’intérêt portent sur la thématique « culture et nature » dans la gestion du patrimoine ; le patrimoine paysager avec l’empreinte laissée par les contacts entres colons et indigènes ; les démarches appliquées aux paysages culturels, notamment les aires protégées ; la conceptualisation et la mise en pratique de l’attachement aux sites en théorie et pratique du patrimoine ; la culture matérielle des maisons et jardins domestiques.

Steve est l’auteur de Cultural Landscapes : A Practical Guide for Park Management (2010) et co-éditeur de Object Stories : Artefacts and Archaeologists (2015), Cultural and Spiritual Significance of Nature in Protected Areas : Governance, Management and Policy (2018) et d’un prochain volume chez Routledge : Handbook on Cultural Landscapes.

Il est membre de l’ICOMOS Australie et président sortant du Comité scientifique international ICOMOS/IFLA sur les paysages culturels (2014-2017). Il est également membre du Groupe de spécialistes de l’UICN-WCPA sur les valeurs culturelles et spirituelles des aires protégées et du Groupe de spécialistes sur les paysages protégés.

Pour lui, les conférences et les symposiums sont des occasions passionnantes de prendre contact avec des collègues qui s’intéressent aux mêmes choses, de partager des connaissances et des perspectives disciplinaires, culturelles et expérientielles différentes et de découvrir la culture et le patrimoine du pays d’accueil. L’utilité de ces opportunités dépend essentiellement de la structure, du caractère inclusif et du contenu de chaque symposium vus dans son ensemble, pour chaque thème du symposium et chaque session. Selon lui, les possibilités d’échanges doivent être optimisées pour tous les participants et s’inscrire véritablement dans le thème et le lieu du symposium, sous des formats variés (intérieur-extérieur ; tables rondes ; représentations créatives ; ainsi que présentations de communications – sans se limiter à ces dernières). Steve est ravi de travailler avec l’équipe de l’AG 2020 et les participants au Symposium scientifique pour créer un événement stimulant, diversifié et mémorable sur les plans intellectuel et social.

Dr Ona Vileikis - Co-président du Symposium scientifique de l’AG 2020

Ona Vileikis, architecte et spécialiste du patrimoine, possède une vaste expérience professionnelle et en recherche à l’étranger. Titulaire d’un doctorat en génie civil, elle est actuellement chargée de recherche à l’Institut d’archéologie d’UCL et travaille sur le projet Central Asian Archaeological Landscapes (CAAL). En dehors de son doctorat du Centre International pour la Conservation Raymond Lemaire (RLICC) de l’Université de Louvain, elle possède aussi une maîtrise en études sur le patrimoine mondial de la BTU Cottbus-Senftenberg. Elle a fait de la recherche pour la maîtrise en planification du tourisme à l’Université de Western Sydney. Ona Vileikis a collaboré avec des professionnels locaux, des responsables gouvernementaux en Asie centrale, en Australie, au Bhoutan, en Russie, en Jordanie et aux Émirats arabes unis, à l’UNESCO et au Centre international d’études pour la conservation et la restauration des biens culturels dans les domaines du renforcement des capacités et du conseil relatifs à la Convention de 1972 concernant la protection du patrimoine mondial culturel et naturel de l’UNESCO, la cartographie, les inventaires, la numérisation et la documentation, la surveillance, la gestion des risques, les politiques sur le patrimoine et les pratiques de conservation. Elle a travaillé à la K. U. Leuven comme chercheuse pour le projet BelSPO/UNESCO sur la route de la soie en Asie centrale. Elle est membre expert du Comité scientifique CIPA de l’ICOMOS. Elle est également présidente de l’International Association of World Heritage Professionals e.V, entre autres réseaux. Depuis 2010, Ona joue un rôle actif de conseil pour la proposition d’inscription des Routes de la soie au patrimoine mondial de l’UNESCO.

Tracy Ireland - ICOMOS Australie ; université de Canberra ; éditrice, Historic Environment

Tracy Ireland est professeure en patrimoine culturel à l’université de Canberra et directrice du Centre de recherche créative et culturelle. Tracy est mondialement connue pour ses travaux sur l’éthique et les valeurs sociales du patrimoine.  Elle est auteure de recherches et de publications sur l’archéologie et le patrimoine du colonialisme en Australie, en Nouvelle-Zélande, au Québec, aux États-Unis et à Chypre. Tracy a mis au point des évaluations de patrimoine et des plans de gestion pour certains des sites les plus importants d’Australie, y compris l’Old Great North Road, site du patrimoine mondial, le Mémorial australien de la guerre, l’ancien parlement à Canberra et l’Institution indigène de Blacktown.  Elle est aussi éditrice de la revue Historic Environment de l’ICOMOS Australie.

Anita Smith - ICOMOS Australie ; université de La Trobe

Dr Anita Smith est archéologue et universitaire. Sa recherche porte sur le patrimoine mondial, les paysages culturels et le patrimoine culturel des îles du Pacifique. Elle est chargée de cours dans le cadre du programme de master en archéologie professionnelle à l’université de La Trobe à Melbourne, en Australie, et est membre de la délégation australienne auprès du Comité du patrimoine mondial de l’UNESCO en qualité d’experte culturelle (2017 – 2021). Elle conseille les communautés et les instances gouvernementales sur des propositions d’inscription au patrimoine mondial de sites culturels, comme le paysage culturel Budj Bim en Australie, récemment inscrit, ainsi que sur des programmes de conservation du patrimoine dans les îles du Pacifique où elle est depuis 2004 conseillère au Programme du patrimoine mondial pour le Pacifique. Les recherches qu’elle mène actuellement sur le terrain avec les communautés de l’île micronésienne de Yap permettent de cartographier l’importance de la monnaie de pierre yapaise dans le paysage social contemporain. Anita est membre de l’ICOMOS Australie et du Comité scientifique international de l’ICOMOS sur la gestion du patrimoine archéologique (ICAHM).

Caitlin Allen - ICOMOS Australie ; université de Sydney

Caitlin Allen est une archéologue spécialiste des patrimoines basée à Sydney.  Elle a travaillé pendant près de 20 ans pour l’État de Nouvelle-Galles du Sud en tant qu’administratrice de patrimoine, tout en intervenant également sur le terrain.  Actuellement en poste à l’université de Sydney où elle est doctorante en archéologie, elle est chargée de cours à temps partiel dans le cadre du programme d’études patrimoniales et muséales.  Ses intérêts de recherche portent actuellement sur les avantages que représente pour le public la conservation archéologique en milieu urbain et sur la façon dont les vestiges contribuent à la création de villes agréables à vivre et au bien-être de leurs habitants.  Caitlin est membre du Comité du patrimoine du NSW Heritage Council (Conseil du patrimoine de Nouvelle-Galles du Sud), membre expert de l’ICAHM, ancienne vice-présidente de l’ICOMOS Australie et ancien membre du Comité consultatif archéologique du NSW Heritage Council.

Tanya Koeneman - ICOMOS Australie; représentante autochtone

Tanya Koeneman est fière d’être originaire de la communauté aborigène de La Perouse ; elle est coprésidente du comité consultatif autochtone de l’AG 2020. Tanya est directrice chargée de la stratégie et résultats aborigènes au ministère de la planification, de l’industrie et de l’environnement de la Nouvelle-Galles du Sud, où elle participe à mieux planifier et gérer l’utilisation des terres en Nouvelle-Galles du Sud, notamment en ce qui concerne l’amélioration du développement économique des collectivités aborigènes et la promotion et la protection de la culture et du patrimoine aborigènes.
Tanya était auparavant responsable d’équipe à la division du patrimoine du Bureau de l’environnement et du patrimoine, où elle était chargée de coordonner à l’échelle régionale l’inscription du patrimoine aborigène au Registre du patrimoine de l’État et des sites aborigènes en vertu de la loi sur les parcs nationaux et la faune. Tanya a également coordonné le financement du patrimoine aborigène dans le cadre du programme d’incitation pour le patrimoine de la Nouvelle-Galles du Sud et a siégé au comité consultatif sur le patrimoine aborigène du Conseil du patrimoine de la Nouvelle-Galles du Sud.

Mikel Landa - ICOMOS Espagne ; président, Conseil consultatif de l’ICOMOS

Mikel Landa est architecte titulaire d’un doctorat qui associe pratique professionnelle et travaux de recherche depuis plus de 25 ans. Il enseigne à l’ETSAUN tout en réalisant des projets de conservation dans son propre cabinet, Landa-Ochandiano arquitectos ; son cursus comporte une solide base technique et l’expérience de la recherche et la gestion des paysages culturels. Sa thèse de doctorat a été le point de départ de travaux de recherche constants sur les techniques douces de réparation du patrimoine en bois, qui a conduit à un grand nombre de travaux chirurgicaux de conservation dans cette spécialisation.
Pendant 14 ans, il a dirigé la restauration du paysage culturel de la saline d’Añana, qui évoluait organiquement de façon continue, notamment la direction du Plan directeur, les travaux de conservation, la collaboration avec les parties prenantes et les administrations, la sensibilisation sur la viabilité de sa restauration, le respect de l’authenticité et la gestion du site.

Nupur Prothi - ICOMOS Inde ; co-présidente du Symposium scientifique - Delhi, 2017

Dans le prolongement de ses études à Delhi et à York au Royaume-Uni, Nupur poursuit sa contribution à l’architecture du paysage, la planification et la conservation du patrimoine par la pratique et l’enseignement. Elle a contribué, par le biais de Beyond Built, un laboratoire de projets basé à Delhi, à des projets publics primés. Établie à Stockholm depuis 2017, elle espère être moteur de changement dans les domaines de l’eau, du patrimoine et du place making.

Elle s’est impliquée dans des actions de bénévolat au sein d’organisations internationales dès le début de sa carrière. Elle a été co-présidente du Symposium scientifique de la 19e Assemblée générale de l’ICOMOS à Delhi en 2017 dont le thème était «  patrimoine et démocratie ». Elle est actuellement Secrétaire générale du Comité scientifique international de l’ICOMOS sur les paysages culturels et membre du Conseil consultatif de la Fédération internationale des architectes paysagistes (IFLA).  Elle apporte aussi son concours à l’AIU (Association internationale des urbanistes) depuis plus de vingt ans.

Dans sa quête d’un environnement urbain plus agréable à vivre, elle a à cœur de nouer un dialogue avec les enfants et les jeunes, ainsi qu’avec les jeunes professionnels, et de diffuser le savoir-faire nécessaire pour « lire le paysage ».

Nargiz Aituganova - ICOMOS Russie ;rep. des jeunes professionnels de l’ICOMOS

Nargiz Aituganova est associée de recherche au Département du patrimoine mondial et des communications internationales de l’Institut de recherche sur le patrimoine culturel et naturel de Likhachev en Russie. Elle occupe également le poste de coordinatrice du patrimoine mondial pour le Complexe historique et archéologique de Bolgar et organise chaque année des chantiers d’action pour les jeunes dans le cadre du projet Volontariat pour le patrimoine mondial, et ce à Bolgar et dans d’autres sites du patrimoine culturel de Russie. Nargiz est titulaire d’un master en études du patrimoine mondial de l’Université de Birmingham, au Royaume-Uni. Elle a été stagiaire dans le cadre du projet Routes du patrimoine mondial de l’Union européenne, initiative coordonnée par le Centre du patrimoine mondial de l’UNESCO.  Elle a représenté la Fédération de Russie au Forum des jeunes professionnels du patrimoine mondial organisé à l’occasion de la 41e session du Comité du patrimoine mondial à Cracovie. Elle est membre de l’ICOMOS Russie et co-fondatrice de la plateforme internet Goodsurfing sur le bénévolat pour le patrimoine.

Ève Wertheimer - ICOMOS Canada, représentante francophone

Architecte en conservation basée à Montréal, Ève Wertheimer travaille depuis 20 ans à la conservation des bâtiments et des paysages. Son expérience pratique repose sur un vaste éventail de projets partout au Canada, dans les secteurs public et privé et dans divers postes liés à l’élaboration et la mise en œuvre de politiques patrimoniales au niveau gouvernemental. Cette multiplicité de perspectives lui permet d’explorer la relation entre théorie et pratique telle qu’elle se manifeste à la fois dans les politiques du patrimoine et de la planification et dans des projets spécifiques. Elle porte un intérêt particulier aux paysages culturels, notamment dans le contexte des aires naturelles protégées, et au rapport entre les patrimoines naturel et culturel et leur conservation. Impliquée en tant que bénévole auprès d’organismes patrimoniaux locaux, Ève est secrétaire de l’ICOMOS Canada et a participé avec enthousiasme à plusieurs des activités internationales de l’organisation. 

Teresa Patricio - ICOMOS Belgique, représentante francophone

Après ses études d’architecture au Portugal, Teresa Patricio a obtenu un master en sciences de l’architecture à la KU Leuven en Belgique, ainsi qu’une spécialisation en conservation des villes et des bâtiments historiques au Raymond Lemaire International Centre for Conservation en 1993.  Elle est titulaire d’un doctorat sur « La conservation des vestiges archéologiques. Élaboration d’une méthodologie appliquée » qu’elle a obtenu en 2004. Consultante indépendante, elle intervient comme conférencière au Raymond Lemaire International Centre for Conservation de la KU Leuven (en Belgique). Elle a son propre cabinet à Bruxelles. Ses services couvrent un large éventail de projets et d’activités dans différents pays. Son cabinet est notamment l’expert principal du Programme du patrimoine cofinancé par l’Algérie et l’UE et du Projet CHUD – Sites du patrimoine mondial de Baalbek et de Tyr (atelier UDAS I, II et III) – au Liban. Elle est actuellement membre du conseil d’administration de l’ICOMOS, vice-présidente de l’ICOMOS Belgique, présidente de l’ICOMOS Wallonie-Bruxelles, membre expert de CSI Formation et membre du groupe de travail pour la sauvegarde du patrimoine culturel en Syrie et en Irak. Elle siège également au conseil d’administration du Bouclier bleu belge.

Kristen Walker - représentante de l'IUCN

Sous-comité scientifique GA2020

Cristina Garduno Freeman (ICOMOS Australie ; co-présidente du thème Cultures Partagées)

Cristina Garduño Freeman est titulaire d’un doctorat et chargée de recherche à l’Australian Centre for Architectural History, Urban and Cultural Heritage (ACAHUCH) à l’Université de Melbourne. Ses travaux portent sur les liens entre les gens et les lieux dans les domaines de l’histoire de l’architecture, du patrimoine critique et des sciences humaines numériques. Elle excelle dans la recherche interdisciplinaire au sein de l’environnement bâti qui vise à combler le fossé entre les sciences mathématiques et techniques d’une part et les sciences sociales et les humanités de l’autre en appliquant des méthodologies issues des sciences sociales et de l’informatique, notamment l’ethnographie numérique, l’analyse visuelle et l’analyse de données.
En 2017, elle a publié Participatory Culture and the Social Value of an Architectural Icon : Sydney Opera House chez Routledge UK. Elle est secrétaire de la Society of Architectural Historians, Australia and New Zealand (SAHANZ), coprésidente australienne du thème Cultures Partagées du Symposium scientifique, et membre du comité de rédaction (Consejo Editorial) de Córima, Revista de Investigación en Gestion Cultural. Avant de rejoindre l’université, elle a pratiqué professionnellement l’architecture, l’aménagement paysager et l’aménagement urbain, ainsi que le design en communication visuelle.

Marco Antonio Chavez-Aguayo (ICOMOS Mexique, co-président du thème Cultures Partagées)

Marco Antonio Chávez-Aguayo est professeur à l’Université de Guadalajara (Mexique) et titulaire d’un doctorat. Ses travaux de recherche portent sur le patrimoine immatériel, la politique, le droit des biens culturels et les technologies numériques. Il a contribué à concevoir et à fonder les premières filières de maîtrise (recherche) et de doctorat en gestion culturelle en Amérique latine. Il est le fondateur et directeur de Córima, Revista de Investigación en Gestión Cultural et publie en espagnol, en anglais et en français dans des collections reconnues, notamment chez Routledge et Oxford University Press. Il a été invité à faire de la recherche dans plusieurs universités en Australie, en Finlande, au Royaume-Uni, en Grèce, en Espagne, aux États-Unis, en Colombie et en Équateur, notamment à Barcelone, Glasgow et Princeton, ainsi que dans plusieurs institutions mexicaines. Marco-Antonio Chávez-Aguayo est chercheur agréé par le Science Council (Royaume-Uni), psychologue agréé de la British Psychological Society et membre du National System of Researchers (Mexique). Il siège au conseil d’administration de plusieurs programmes universitaires, conférences et revues spécialisées et a fréquemment fait des interventions à la télévision, la radio, dans la presse et sur les médias en ligne. Il est également musicien (ténor).

Agnieshka Kiera (ICOMOS Australie, co-présidente du thème Patrimoine Partagé)

Née en Pologne, Agnieshka Kiera a obtenu une maîtrise en architecture de l’École polytechnique de Cracovie, puis des diplômes du troisième cycle en conservation de l’architecture, conservation urbaine et théorie et pratique de la conservation à l’Université Copernicus, à l’Université technique de Varsovie et au Centre international pour la conservation à Rome. Les 10 premières années de sa carrière professionnelle ont été passées en Pologne, où elle a travaillé pour l’Autorité nationale pour la conservation des biens culturels. En 1980-81, elle a également travaillé pour l’UNESCO sur un recensement de l’architecture vernaculaire de la région de Bassora en Irak, dont les travaux furent interrompus par la guerre Iran/Irak. En Australie, Agnieshka a travaillé pendant 25 ans comme architecte du patrimoine urbain pour la ville de Fremantle, en charge du mode de conservation du patrimoine de la ville et de la planification stratégique de conservation. Agnieshka a fait partie du Comité exécutif de l’ICOMOS Australie pendant 12 ans. Elle reste membre experte de deux comités internationaux de l’ICOMOS (CIVVIH et ICTC) et au début des années 2000, elle a participé activement aux exploits du Centre culturel international de Cracovie, en Pologne.

Kai Weise (ICOMOS Népal ; co-président du thème Patrimoine Partagé)

Kai Weise, de nationalité népalaise et d’origine suisse, a obtenu une maîtrise en architecture de l’École polytechnique fédérale de Zurich ; il travaille comme urbaniste et architecte dans la région de l’Himalaya. Il a piloté l’utilisation de systèmes de gestion de biens du patrimoine mondial tels que la vallée de Katmandou, Lumbini, Samarkand, Bagan et, plus récemment, Mrauk U. Il est intervenu comme mentor du deuxième cycle de rapports périodiques sur l’application de la Convention du patrimoine mondial aux biens culturels en Asie du Sud et centrale. Kai Weise a été chargé de définir la stratégie de réaction et de reconstruction pour le secteur culturel après le tremblement de terre de Gorkha en 2015 et celui de Chauk en 2016 en Birmanie. Il est actuellement Président de l’ICOMOS Népal et membre des Comités scientifiques internationaux de l’ICOMOS pour la préparation aux risques (ICORP) et le patrimoine du XXe siècle (ISC 20C). Kai Weise donne des conférences et écrit des articles sur l’architecture, la planification et la gestion du patrimoine.

MacLaren North (ICOMOS Australie, co-président du thème Responsabilité Partagée)

MacLaren est directeur général d’Extent Heritage, l’un des plus grands cabinets de conseil multidisciplinaire en patrimoine d’Australie. Après sa formation d’archéologue aux États-Unis, il est venu s’installer en Australie au début des années 1990 et a occupé plusieurs postes dans les secteurs public et privé du patrimoine. Spécialisé en gestion générale du patrimoine, gestion des biens et droit du patrimoine, il est titulaire d’un doctorat en droit du patrimoine et d’une maîtrise en droit de l’environnement de l’Université de Sydney, ainsi que d’une licence en archéologie de l’Université Cornell. Il a fondé sa propre société de conseil en 2006, qui a fusionné pour former Extent Heritage en 2015.

Susan Macdonald (Getty Conservation Institute ; co-présidente du thème Responsabilité Partagée)

Susan est responsable des bâtiments et sites au Getty Conservation Institute, où elle est chargée de superviser plusieurs projets internationaux qui font progresser les pratiques de conservation par la recherche, les actions de terrain, la diffusion et le renforcement des capacités sur les sites archéologiques, les paysages culturels, les bâtiments et les environnements urbains. Elle a travaillé dans les secteurs public, privé et sans but lucratif en Australie, en Angleterre et aux États-Unis. Architecte de formation, elle est titulaire d’une maîtrise en conservation de l’Université de York/ICCROM, Rome, et d’un diplôme d’urbaniste. Elle est membre et ancienne vice-présidente de l’ICOMOS ISC20.

Chris Wilson (Ngarrindjeri/Kaurna, Nunga; Australia ICOMOS; Indigenous Heritage Theme Co-chair)

Chris Wilson est un archéologue et universitaire indigène originaire des lacs Lower Murray (basse rivière Murray) et Coorong, en Australie-Méridionale. Sa recherche inclut : l’archéologie de la basse rivière Murray, le rapatriement, l’archéologie et sa relation avec les peuples indigènes.

Diane Menzies (Ngāti Kahungunu, Māori ; ICOMOS Nouvelle-Zélande ; co-présidente du thème Patrimoine autochtone)

Diane Menzies est d’origine Ngāti Kahungunu, anglaise et écossaise ; elle habite en Nouvelle-Zélande à Aotearoa. Elle représente la Nouvelle-Zélande à l’ICOMOS-IFLA ISC sur les paysages culturels et elle est coprésidente de leur Comité des perspectives et connaissances autochtones. Elle a reçu l’ONZM pour services rendus à l’environnement et a été présidente et secrétaire générale de la Fédération internationale des architectes paysagistes. Elle préside actuellement la NZ Landscape Foundation et a été récompensée du Ngā Aho par Kahui whetu (réseau de designers Māori). Elle est aussi membre d’ICOMOS NZ.
Ses diplômes universitaires portent sur l’aménagement paysager, l’horticulture, la gestion d’entreprise et la médiation. Elle est titulaire d’un doctorat en études des ressources. Diane a travaillé pour le conseil municipal de Wellington, le ministère de l’Environnement de Nouvelle-Zélande et au Royaume-Uni. Elle a été commissaire pour le tribunal de l’environnement néo-zélandais et élue locale ; elle est actuellement directrice de Landcult Ltd qui s’intéresse à la recherche sur la culture Māori, la justice sociale et le paysage culturel.

Susan McIntyre Tamwoy (ICOMOS Australie ; co-présidente de la thématique Culture-Nature)

Susan McIntyre-Tamwoy (titulaire d’un doctorat et d’une licence) – Directrice associée – est consultante internationale en patrimoine culturel chez Navin Officer Heritage Consultants. Elle a occupé des postes à responsabilités dans la fonction publique de la Nouvelle-Galles du Sud dans les secteurs du patrimoine et de l’énergie et a travaillé comme conseil en patrimoine en Australie et dans la région Asie-Pacifique. Elle est professeure auxiliaire à l’Université James Cook, où elle a précédemment travaillé comme chercheuse postdoctorale à l’ARC Centre of Excellence for Coral Reef Studies, puis comme chercheuse principale et chargée de cours en archéologie et en sciences sociales. Elle a été présidente de l’ICOMOS Australie et de l’Australian Association of Consulting Archaeologists. Susan a entrepris plusieurs missions d’évaluation du patrimoine mondial pour l’ICOMOS et est également intervenue comme conseil auprès de l’UNESCO en patrimoine culturel immatériel.

Tim Badman (UICN ; co-président de la thématique Culture-Nature)

Tim Badman est le Directeur de l’Initiative de l’UICN Nature – Culture, où il dirige les travaux qui relient la nature et la culture dans l’ensemble du Programme de l’UICN. Auparavant Directeur du Programme du patrimoine mondial de l’UICN, il est le porte-parole principal de l’UICN pour le patrimoine mondial depuis 2007. Il est codirecteur du programme conjoint ICCROM-UICN sur le leadership en matière de patrimoine mondial et co-responsable de la gestion du programme Connecting Practice entre l’UICN et l’ICOMOS. Tim parle également au nom de l’UICN sur les enjeux particuliers de la conservation des sites géologiques, notamment ceux qui hébergent les fossiles les plus exceptionnels de la vie sur Terre. Tim a rejoint l’UICN après avoir été chef d’équipe du site du patrimoine mondial de la côte du Dorset et du Devon est au Royaume-Uni, et sur la politique de conservation et la gestion des zones côtières pour les comtés du Hampshire et du Dorset en Angleterre.

James Lesh (ICOMOS Australie ; co-président du thème Patrimoines marginalisés)

Titulaire d’un doctorat, James Lesh fait des recherches sur l’histoire urbaine et la conservation du patrimoine à l’Université de Sydney. Il s’intéresse particulièrement à l’histoire et à la théorie de la conservation, à la relation entre la conservation et le développement et à la conservation des lieux patrimoniaux marginalisés et des sites patrimoniaux ordinaires dans les villes depuis le XIXe siècle. James a fait des recherches et travaillé à Melbourne, Sydney et Londres ; il a publié des articles dans des revues spécialisées et générales sur des sujets liés au patrimoine et participe aux débats contemporains sur le patrimoine urbain australien. Son blog se trouve sur history.city.

Tokie Laotan-Brown (ICOMOS Nigéria ; co-présidente du thème Patrimoines marginalisés)

Tokie est membre associé de l’International Network of Traditional Building Architecture & Urbanism (INTBAU), de Construction Industry of Builders (CIOB) en Irlande, du Chartered Institute of Architectural Technologist (CIAT) Royaume-Uni et du UK-Green Building Council ; elle est membre contributeur de l’ISCCL et représente le Nigeria et l’Irlande. Tokie travaille également comme architecte et économiste culturelle autochtone chez Merging Ecologies. Dirigé par des femmes, Tea Group Ltd entretient un patrimoine durable et autochtone associée à des solutions de développement de conception customisées. Women Fund Homes UK et Irlande. Elle est titulaire d’un doctorat en économie et techniques de conservation du patrimoine architectural et environnemental des universités de Nova Gorica et Iuav di Venezia en Italie.

Sarah May (ICOMOS UK ; co-présidente du thème Patrimoines marginalisés)

Titulaire d’un doctorat, Sarah May est maître de conférences en histoire et patrimoine public à l’Université de Swansea. Elle a travaillé pendant 20 ans pour des organismes publics et privés du secteur patrimonial avant de retourner enseigner à l’université. Elle s’intéresse particulièrement au patrimoine toxique et au rôle du patrimoine dans les collectivités qui doivent affronter le changement.